Souillac en Jazz >> ciné Jazz 2014
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.ciné Jazz 2014
Lundi 21 juillet 2014 à 21h au cinéma "le Paris", "un amour", film de Richard Copans précédé de "black & tan fantasy" avec Duke Ellington.
ciné Jazz 2014

En hommage à Jean-Pierre Bailles, président de l’association de 1978 à 1987

Black And Tan Fantasy : film d’archives, Cinémathèque de la danse, Paris.

Duke Ellington and his Orchestra 1929. Black Beauty Cotton Club Stomp / 9min58
Des images tournées au Cotton Club en 1929 : le big band de Duke Ellington joue devant une salle pleine de danseurs. Un document passionnant et émouvant qui révèle fidèlement l’ambiance du jazz américain juste avant la seconde guerre mondiale.

Avec Duke Ellington, Fred Guy, Wellman Braud, Sonny Greer, Arthur Whetsol, Cootie Williams, Freddy Jenkins, Joe "Tricky Sam" Nanton, Juan Tizol, Johnny Hodges, Harry Carney, Barney Bigard et le danseur Freddie Washington.

 


Un amour : film documentaire de Richard Copans," Les Films d’ici"  2014 / 1h20

Sim Copans a été une figure marquante du festival de Souillac qui porte aujourd’hui son nom. Le film de Richard Copans s’insinue dans le passé de ses parents, Sim et Lucienne et sinue tout au long de ces deux vies unies par un amour qui illuminait leur présence. Le cinéaste construit une histoire sans se complaire dans une image magnifiée. La musique de Michel Portal et Vincent Peirani accompagne le regard de Richard sur un fragment de son histoire familiale. Sobre et tendre, le récit voyage de New York à Paris, à Lanzac et s’achève à Souillac avec des images prises l’année dernière.

En savoir plus sur le film "un amour" de Richard Copans --> ICI

 

 

.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr