Souillac en Jazz >> Joachim Kühn / Majid Bekkas / Ramon Lopez (anglais)
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.Joachim Kühn / Majid Bekkas / Ramon Lopez (anglais)
Pour nos amis anglophones
Joachim Kühn / Majid Bekkas / Ramon Lopez (anglais)

Friday 20 July 2012 at 21.15

Place Pierre Betz – Souillac

Enjoy Chalaba

The German pianist Joachim Kühn, the Moroccan singer Majid Bekkas who also plays the oud and guembri and the Spanish percussionist Ramon Lopez will be taking us on a journey across the Mediterranean to the land of the Gnawa and trans-Saharan Africa. Joachim Kühn, inspired by his musical partnership with Ornette Coleman, likes taking risks and combines an avant-gardist style of jazz with traditional eastern and African music. It therefore comes as no surprise that he has brought together the many-facetted culture of Majid Bekkas with that of Ramon Lopez, a percussionist with an enthusiasm for flamenco and Indian music, to create a leaderless trio. The three musicians transcend melodies in their common quest for a trance-like state, a condition of sensual pleasure which is based on repetitive, almost obsessional phrasing and whose aim is to transport, transform and transfigure. The concert is also a journey with “Chalaba”, a core Gnawa song, at its centre. It is given expression in the traditional vocal manner by Majid Bekkas playing his guembri and is transposed into the world of jazz by Joachim Kühn who gives it a measured rhythmic beat. On this journey there are a number of musical stopovers that conjure up other emotions and impressions: reggae in “Enjoy”, flamenco in “Asmaa”, lyricism and meditation influenced by the tablas and Gnawi spirituality, joy, dance and last but not least modernity, born of tradition and a desire to venture into new territory. The time has come for us to listen attentively, to let our gaze rest on one of the artists and to marvel at the inventiveness of the dialogues between the guembri and the drums, at the natural grace of fingers energetically striking or gently stroking the keys of the piano, at the resonance produced by the membranes stretched across the instruments, at the teasing of a beat or at other moving sounds. And then to let the poetry of it all carry us away.



 

.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr