Souillac en Jazz >> EDITORIAL 2018
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.EDITORIAL 2018
For our English-speaking friends



In 2018 I have decided to give the floor to Thomas de Pourquery, who was named artist of the year at the most recent Jazz Victories award ceremony. He delighted spectators at the Souillac jazz festival in 2015 and this year returns with his brand of jazz inspired by love.

The extraordinary thing about jazz is that it feeds on so many other types of music. We try to let it carry us away, we just try to play and be connected … convey the music …and when we succeed in doing that, the result is a magnificent circle.”*

Come and be carried away by jazz with its many echoes of chamber music or world music, of electronic, folk, punk and rock music or just jazz.


Come and be carried away by Whispering Souls in the caves at Lacave with Alioune Koné playing the kora and Olivier Py on the saxophone, by the Indian rhythms of Rudresh Mahanthappa in partnership with the Festival of Radio France Occitanie Montpellier, by a “Django”, a precious metal forged by a silversmith called Théo Ceccaldi, who won the award for most promising artist at the Jazz Victories award ceremony and whose poetic music enhances the brilliance of the master who inspires it.

Come and be carried away by one of the most emblematic figures of contemporary jazz in the person of Joshua Redman who marries the tradition of jazz with a multitude of other types of music as borne out by his encounters with Stevie Wonder, The Rolling Stones and Quincy Jones.

The 2018 festival will draw a magnificent circle.


Robert Peyrillou

Artistic Director and President of the Souillac Jazz Festival


*interview with French radio




.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr