Souillac en Jazz >> Soirée Boris Vian
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.Soirée Boris Vian
En collaboration avec les Lycées et le cinéma "le Paris"
Soirée Boris Vian

 

Souillac en jazz présente une soirée cinéma tout public

 

A l’occasion d’une deuxième soirée de partenariat entre le lycée Louis Vicat et Souillac en jazz, le lycée des métiers hôteliers Quercy-Périgord et le cinéma Le Paris rejoignent ce partenariat pour présenter le

 

Jeudi 19 mars à 20h au cinéma Le Paris à Souillac :

 

BORIS VIAN, LA VIE JAZZ - Un film de Philippe Kohly

 

Boris Vian, la vie jazz est une histoire poignante, celle d’un artiste inclassable, celle aussi d’un homme hors du commun. Un film envoûtant comme un solo de Miles Davis.

 

Des romans, des chansons, des poèmes : on connaît Boris Vian comme auteur. Pourtant, sur la porte de son appartement, on peut lire encore : «ingénieur et musicien ». Car le jazz fut la grande passion de Boris Vian. Il le joua avec sa trompette, en inventa la critique, fut l’ami de Duke Ellington…
Rythmé par certains des plus beaux thèmes du jazz,  ce portrait est un film musical  mais en même temps c’est le roman de Boris Vian : il suit au plus près sa vie souverainement libre. La musique est grisante et elle raconte, elle dit au-delà des mots.
Le jazz est une manière d’être pour Boris Vian. Il inspire le style de l’écrivain, il dicte sa relation à la vie, à la mort.

 

C’est cette « jazz attitude » que met en scène ce portrait-roman, réalisé sans interviews de témoins extérieurs, à partir d’archives et d’évocations (dont certaines musicales, avec la participation d'un quintet de Jazz), dans des décors réels, ce film plonge le spectateur dans l’ambiance particulière des années 1950 où le jazz cristallise la soif de vivre de toute une génération. Boris Vian reste un personnage difficile à cerner. D’abord car lui-même était multiple et hérissé de défenses (gestes provocateurs, poses de dandy). Mais surtout car depuis sa mort une légende s’est forgée. Une légende nourrie de stéréotypes, toujours les mêmes : la mélancolie de "L’Écume des jours", la fièvre des nuits du Tabou, le scandale de "J’irai cracher sur vos tombes..." Cette légende absorbe tout le personnage qui lui-même masque la personne. La démarche de Philippe Kohly est à l’exact opposé : derrière le personnage, retrouver la vérité d’une personne, partager le chemin d’un jeune homme, connaître ses clés, voir et sentir les choses de son point de vue, se mettre dans sa peau. Autrement dit, faire un portrait "table rase", l’œil neuf, comme si rien n’avait été dit. Et, au bout du compte, livrer une image peut-être étonnante. Un portrait vivant qui donne à voir l’homme derrière l’icône et nous révèle une sensibilité rare.

 

Le film, sera suivi d’un débat et d’un mini concert du trio de jazz Estate (François Bordillon piano, Jean-Pierre Kuntz contrebasse, Dominique Perrouault batterie). Ces musiciens accueilleront également le public dès 20h au cinéma.

 

Entrée tout public et tarif cinéma

 

 

.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr