Souillac en Jazz >> Soweto Kinch
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.Soweto Kinch
jeudi 19 juillet 2012 - 21h15
place Pierre Betz - Souillac
Soweto Kinch

« L'histoire du jazz, c'est aussi l'histoire du peuple noir américain et sa protestation » Sim Copans 1975
Soweto Kinch, saxophoniste de jazz et chanteur hip-hop britannique, fait battre le rythme nouveau de la Black Music du 21e siècle. Né en Angleterre d’un père barbadien et d’une mère britannico-jamaïcaine,  il raconte Birmingham, ses quartiers délaissés, dégradés, ses espoirs, sa couleur sonore caribéenne. Le spectacle « The new emancipation » assemble morceaux instrumentaux et chantés dans un savant puzzle qui leur donne puissance et conviction. D’anciens « work songs » fondent les mélodies instrumentales, fortement be-bop. Le son limpide et vif du saxophone amorce le fil narratif qui sera développé dans les textes. Soweto Kinch slame, rappe et dénonce, avec rage ou avec un humour piquant, les dérives des rapports à l’argent, du libéralisme débridé et de l’industrie musicale cloisonnée qui tente de récupérer la musique contestataire ; et surtout il reprend le flambeau de la révolte de la Black Music, contre la condition des noirs, contre les injustices héritées de l’esclavage, plaie qui n’est toujours pas refermée. Rappée, volontairement râpeuse, la musique de Soweto Kinch captive et convainc ; tonique, joyeux, swinguant, le saxophone de Soweto Kinch revendique Wayne Shorter et John Coltrane et sa musique l’ascendance de Jimi Hendrix et Max Roach. L’inspiration et la maîtrise de ce jeune musicien passent du bop au jazz fusion au gré de son propos et son énergie. La combinaison entre jazz et rap transmet la force de la lutte et l’intègre dans une culture tournée vers l’avenir : « Je ne parle pas de race mais de culture. Une culture qui ne cesse d'évoluer et qui charrie toute une charge historique. Crois-moi, cette tradition est encore vivante; et j'en suis le fruit. »

ICI quelques photos du concert de Souillac   














Essaouira, les envoutements d'un festival gnaoua (juillet 2012)



Le concert réunissant le grand Maâlem Hamid El Kasri et le jeune saxophoniste/rappeur anglais Soweto Kinch fût un instant de pur bonheur, l’union du flow hip-hop et du beat entêtant du guembri gnaoua créant ainsi une sorte de mélopée universelle.

 






 



Soweto Kinch, as, rap
Andrew McCormack fender
Karl Rasheed-Abel, b
Graham Godfrey, d

Récompenses
Lauréat Montreux jazz festival competition 2002
MOBO Award pour meilleur spectacle de jazz 2007
BBC jazz Award 2006 meilleur instrumentiste et meilleure formation 2004

Discographie
Conversations with the Unseen (2003) (Dune Records)
A Life In The Day Of B19 - Tales Of The Tower Block (2006) (Dune Records)
The New Emancipation (2010) (Soweto Kinch Recordings)

concert à l'Atlantique jazz festival sur arteliveweb


 

.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • .GALERIE:
    Soweto Kinch
     
    Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr