Souillac en Jazz >> Jean Copans
édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac...

édito

« Le jazz revient, le cœur en fête… on reste là tout ébloui par sa lumière … », merci Monsieur Trenet !

 « Souillac en jazz » en 2021, ce sont des femmes et hommes du jazz pour des rencontres intergénérationnelles grâce au soutien de tous nos partenaires en 2020.

 « Souillac en jazz » se renouvelle, des concerts en plus et créé un nouveau rendez-vous à l’église de Calès pour accueillir Joëlle Léandre, la dame de feu, au lyrisme flamboyant et à voix basse.

 « Souillac en jazz » donne toute sa place aux musicien.ne.s émergent.e.s avec Rouge, trio ondoyant de Satie à E.S.T. mais aussi de Ravel à Tigran Hamasyan, sous les doigts de la pianiste Madeleine Cazenave.

 « Souillac en jazz » c’est la révolution du saxophone velouté de Daniel Erdmann, du violon du prestidigitateur Théo Ceccaldi et du vibraphone volant de Jim Hart.

C’est aussi celui qui, avec charisme et lyrisme parcourt le monde depuis plus de 15 ans, premier pianiste de jazz à jouer à la Cité interdite de Pékin, Yaron Herman s’arrêtera au pied de l’Abbaye de Souillac avec son trio « Songs Of  The Degrees ».

C’est aussi un match de doubles avec d’une part le légendaire Michel Portal et l'inventif du piano Bojan Z et d’autre part Vincent Peirani et Emile Parisien qui nous entraînerons dans une étreinte brûlante entre jazz et tango.  

 C’est également un soir « Les grottes de Lacave en jazz » avec le duo Gonam City du pianiste Marc Benham, du trompettiste Quentin Ghomari et leur carnet de route.

 Ces musiciens, filles et garçons, légendaires, au sommet de leur art ou en devenir pratiquent une musique décomplexée, prennent le rock, le tango, la soul, la pop music, la musique classique et les offrent au jazz, … leur jazz, pour notre 45e festival « Sim Copans ».

Robert Peyrillou, directeur artistique et président.

 

 

.Jean Copans
Jean Copans

Jean Copans est né en 1942 à New-York.
Etudes primaires, secondaires et universitaires à Paris.
Anthropologue et sociologue, spécialiste de l'Afrique noire. Recherches de terrain en Côte d'Ivoire et au Sénégal  (La confrérie islamique des Mourides, classes ouvrières et entrepreneurs nationaux).
Directeur d'un centre de recherche des Affaires étrangères à Nairobi (Kenya) dans les années 1980 et expériences de coopération universitaire en Afrique orientale et australe (Afrique du sud).
Chef de travaux puis maître-assistant à l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales (1970-1990) puis Professeur de sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne et à l'Université Paris Descartes (1990-2008).
A enseigné aux Etats-Unis et au Québec.
Co-fondateur de la revue Politique africaine en 1980 et directeur de collections aux éditions F. Maspéro, Le Sycomore et Karthala.
Il est l'auteur et l'éditeur de puis les années 1970 d'une vingtaine d'ouvrages dont plusieurs d'introduction à l'anthropologie, l'ethnologie et les sciences sociales du développement.



.PARTAGER:
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace

  • Souillac en Jazz - BP 10016 46200 Souillac - tél: +33565370493 - info@souillacenjazz.fr